Les traces familiales chez Marcel Proust

Dans toute psychothérapie ou généalogie, on peut être amené à rencontrer une maison qui a compté dans l'histoire familiale. Celle, dite de Tante Léonie, que Marcel Proust décrit dans Combray, premier chapitre de Du côté de chez Swann, illustre particulièrement ce que peuvent être les traces familiales, comment elles s'inscrivent psychiquement et comment elles résonnent tout au long de la vie.

Pour décrire cette maison, Marcel Proust s'est largement inspiré de celle de sa tante paternelle, Elisabeth Proust-Amiot. Il y passa des vacances en famille de l'âge de 6 ans à 9 ans, de 1877 à 1880. Elle se situe à Illiers-Combray, près de Chartres, en Eure-et-Loir. La famille paternelle de Marcel Proust est en effet originaire d'Illiers. Ses grands-parents ont tenu une épicerie près de l'église Saint-Jacques. Jules Amiot, son oncle, l'époux d'Elisabeth, y avait une blanchisserie. C'est lui qui créera le Pré Catelan à Illiers, un jardin à l'anglaise que le Bois de Boulogne lui inspire. Une généalogie ascendante complète de Marcel Proust est présentée sur le site du Centre de Recherches Généalogiques du Perche-Gouët.

La première trace mémorielle que Marcel Proust évoque de la maison familiale, et la plus persistante, est le souvenir des moments où son père, le soir, l'envoyait se coucher sans qu'il puisse embrasser sa mère, retenue au rez-de-chaussée par le dîner et les invités. Monter l'escalier qui le menait à sa chambre était une torture, et son parfum de cire se fixera en lui en tant que trace sensorielle. Les odeurs de cire lui rappelleront toujours cette tristesse.

Bien des années plus tard, un jour d'hiver, alors qu'il rentre chez lui en ayant froid, sa mère lui propose un peu de thé, dont il buvait rarement, et des petites madeleines. Machinalement, Marcel Proust trempe un morceau de madeleine dans son thé, puis en boit une gorgée. "A l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause." écrit-il. "Et tout à coup, le souvenir m'est apparu. Ce goût c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray [...] ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. [...] Aussitôt la vieille maison grise sur la rue, où était sa chambre, vint comme un décor de théâtre s'appliquer au petit pavillon, donnant sur le jardin [...] et avec la maison, la ville, [...] les rues, [...] les chemins. 

Cette expérience gustative libère ses souvenirs d'enfance. Le récit que Marcel Proust en fait ensuite, dans Du côté de chez Swann, décrit les traces émotionnelles et sensorielles que ces moments familiaux ont laissées en lui. Je vous propose une petite visite, non exhaustive, de la maison de Tante Léonie.


Psychologie : la maison familiale de Marcel Proust

La maison de Tante Léonie, Place Lemoine, à Illiers-Combray. Sortie de la famille au décès d'Elisabeth Proust-Amiot, elle est rachetée en 1954 par Germaine Amiot, dernière descendante de la famille d'Illiers, qui la lègue à la ville pour y faire un musée. La ville d'Illiers, en 1971, prend le nom d'Illiers-Combray pour rendre hommage à Marcel Proust. 


Psychologie : la cuisine et les souvenirs d'enfance

La cuisine de Françoise, cuisinière de la famille, qui s'appelait en réalité Ernestine. Sur le petit meuble à gauche se trouve le service à crème au chocolat de Tante Léonie, la crème au chocolat étant le chef-d'oeuvre de Françoise. "Composée expressément pour nous, mais dédiée plus spécialement à mon père qui en était amateur, une crème au chocolat, inspiration, attention personnelle de Françoise, nous était offerte, [...] où elle avait mis tout son talent."


L'escalier source de souffrance psychologique

 

 

 

L'escalier menant aux chambres, lieu de tristesse, et dont l'odeur de cire rappellera toujours à Marcel Proust le déchirement de se séparer de sa mère le soir. "Je m'acheminais vers la première marche de l'escalier, si cruel à monter"


La chambre de Marcel Proust et la lanterne magique que ses parents utilisaient pour lui lire des histoires. "A Combray, tous les jours dès la fin de l'après-midi, longtemps avant le moment où il faudrait me mettre au lit et rester, sans dormir, loin de ma mère et de ma grand-mère, ma chambre à coucher redevenait le point douloureux de mes préoccupations."

Le lit de Marcel Proust enfant.
La lanterne magique pour apaiser la souffrance psychologique


La madeleine dans la chambre de Tante Léonie

Dans la chambre de Tante Léonie, un service à   infusion, une madeleine et l'eau de Vichy avec laquelle elle se soignait. "Bientôt ma tante pouvait tremper dans l'infusion bouillante [...] une petite madeleine dont elle me tendait un morceau quand il était suffisamment amolli."


Le jardin. "Mais ma grand-mère, elle, par tous les temps, même quand la pluie faisait rage, [...] on la voyait dans le jardin vide et fouetté par l'averse [...] Elle disait "Enfin, on respire!""

Le jardin de la maison de Tante Léonie


Laissons Marcel Proust conclure ce cheminement sur ses traces familiales : "toutes les fleurs de notre jardin [...] et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l'église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé."


Bibliographie : 

PROUST Marcel : A la recherche du temps perdu, tome 1 : du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, 1988 (1913), Collection Folio Classique. De nombreuses rééditions existent. 

Pour des renseignements sur la visite de la maison de Tante Léonie, suivez ce lien.

 

A bientôt.


Auteure : Isabelle BROSSAUD, psychologue clinicienne et généalogiste familiale, 115 rue de Reuilly, 75012 Paris. 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Véronique Tison (mardi, 11 octobre 2016 19:47)

    Voilà un papier qui donne une idée de sortie en Eure-et-Loir. Merci beaucoup.

  • #2

    Isabelle Brossaud (mercredi, 12 octobre 2016 08:31)

    Merci beaucoup pour ce commentaire. L'Eure-et-Loir est, de plus, une très jolie région, riche d'histoire!